Décalage

Les aventures de Max – Épisode 10

2020 nous aura tenus en haleine jusqu’au bout ! Le mois de décembre semblait pourtant bien engagé, comme sur des roulettes : les guirlandes étaient accrochées, le sapin illuminé, les listes du Père Noël envoyées. Papa et Maman avaient promis de ne pas cuisiner d’épinards au réveillon. Nous étions ravis de nos calendriers de l’Avent, Star Wars pour moi, la Petite Sirène pour ma sœur et Superman pour mon frère. Tout pour un bel esprit de Noël. Avec en prime Maman qui collectionnait les papillotes et nous bombardait de citations de sagesse dès qu’elle pouvait. Les parents prenaient des mines mystérieuses quand le facteur sonnait. On faisait semblant de ne pas s’apercevoir qu’ils recevaient des colis, mais on les sentait de plus en détendus au fur et à mesure que leurs cachettes préférées se remplissaient. De notre côté, on avait fait du rangement dans nos chambres et on était super contents parce qu’on avait retrouvé plein de cadeaux du Noël de l’an dernier. Côté préparatifs, on s’était un peu étonnés de voir Papa descendre la rallonge du grenier ; est-ce qu’on allait avoir beaucoup d’invités ? Il avait expliqué que non, non, c’était juste pour pouvoir s’asseoir le plus loin possible les uns des autres. Cela nous avait mis de bonne humeur de savoir qu’on allait peut-être revoir les grands-parents. On avait commencé à décorer nos masques de Noël avec des paillettes. C’était presque l’hiver, on était sur des charbons ardents, mais grâce à Maman, on savait que la patience est la clé de la joie (proverbe turc).

C’était sans compter les péripéties de la dernière ligne droite qui s’est mise à zigzaguer dans tous les sens. Maman nous a annoncé la nouvelle à reculons, juste après le télé-tirage de la tombola de l’école. Classe non-obligatoire les deux derniers jours avant les vacances ! Elle a expliqué que le Premier Ministre avait conseillé de s’auto-confiner, que selon lui c’était plus prudent pour sauver Noël en famille, que nous allions sûrement en entendre parler par des copains, mais que bien sûr il était hors de question de rater…. On a explosé sans attendre la fin de sa phrase !… Un vrai tir groupé. Le cri du cœur. On n’allait quand même pas rater le repas de Noël de la cantine ! Et tout le reste !  La venue du Père Noël dans la classe de mon petit frère ! La dernière séance de bricolage de Noël de ma petite sœur ! Et mes retrouvailles avec mes copains cas-contacts depuis une semaine ! On criait tous en même temps. Après tout, rien ne s’accomplit dans ce monde sans passion (Hegel). Maman a bredouillé que oui, bien sûr, il était hors de question de rater toutes ces festivités. On n’en a plus parlé, fin de la discussion. Encore heureux.

Car oui, et puis quoi encore ?! Je sais bien qu’une vie sans embûches, c’est une vie sans rêves (proverbe internet), mais ça va bien les obstacles et les épreuves… Moi, pour affronter les embûches, j’ai besoin de ma petite bûche de Noël crème au beurre praliné de la cantine. Avec l’adrénaline de la photo qu’on met sur TikTok ensuite. Savez-vous qu’une image vaut mille mots ? (Confucius). Alors on fait un concours avec les copains : faut prendre une photo originale du menu de Noël, oui, mais sans se faire prendre. C’est à qui gagnera le plus de « like » ensuite. Il pense à quoi le Premier Ministre ? Pas faux de dire qu’au sommet, ils sont déconnectés des réalités. Avec leur 5G, ils devraient passer plus de temps sur les réseaux sociaux des ados. On aurait pu imaginer des solutions un peu plus innovantes ! Pour limiter les risques sanitaires, pourquoi ne pas décaler Noël de deux jours ? De toute façon, est-on VRAIMENT sûr que les rois-mages ont atteint leur destination le 25 décembre ? 2020 ans après, est-ce qu’on est à quelques jours près ? Cela permettrait même aux magasins de faire encore quelques ventes. De toute façon, l’année est chamboulée depuis le mois de mars, alors un peu plus un peu moins…. Autant le prendre avec philosophie. « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert un invincible été » comme dit Camus (citation préférée de Maman). D’habitude, les gens se souhaitent une bonne santé au mois de janvier, alors que là, ça n’arrête pas depuis le printemps ! Et plus Noël approche, plus ça se renforce. A la veille des vacances, les profs n’ont pas arrêté de nous souhaiter d’être en forme pour le 25 décembre. Ils perdent tous leurs repères, nous aussi. La prof de musique nous a recommandé de ne pas chanter en famille les morceaux que nous avions travaillés ensemble. Le prof de physique nous a conseillé d’ouvrir nos fenêtres, tant pis pour les économies d’électricité. Tout sort de l’ordinaire. Même le supermarché a indiqué sur son catalogue « Un Noël d’exception ». Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les publicitaires.

En plus, si on retardait Noël de quelques jours, ça permettrait au Président de faire la fête avec sa famille ! Tous les risques qu’il prend en rencontrant les dirigeants du monde entier ; à la télé, les journalistes ont même expliqué qu’il n’hésitait pas à travailler tard le soir avec les hommes politiques français pour sauver le pays. Il pourrait faire le choix de la prudence et tout régler en visioconférence, mais le danger ne lui fait pas peur. Qui ne risque rien n’a rien (proverbe français). Il n’a même pas hésité une seconde à partager son repas pendant ses réunions ultra-importantes. Il ne ménage pas sa peine et il a le cœur sur la main. Résultat : COVID-19 et privé de fêtes de fin d’année ! Il est bien mal récompensé de tous ses efforts ! Hier, on a l’a vu à la télé. Il n’avait pas l’air très en forme, il aurait sans doute mieux fait de rester coucher. Il a surtout pris une tête d’enterrement quand il a parlé des mutations du virus en Angleterre. Ma sœur a demandé si c’était comme Tata qui avait eu sa mutation pour aller travailler dans le Sud, auquel cas c’était plutôt une bonne nouvelle que le virus quitte la France. Mais Papa lui a expliqué que ça voulait dire que le virus se transformait sans cesse et que c’était d’autant plus compliqué de l’arrêter. Mon petit frère a commencé à pousser des cris pour imiter les mutants de ses dessins animés préférés. Ça couvrait le son des informations, ce n’était pas plus mal. J’en ai assez d’entendre des mauvaises nouvelles. De toute façon, on n’a pas que ça à faire d’ici Noël. La vie est trop courte pour être petite (proverbe anglais). Comme Papa et Maman sont en manque de sorties, on a décidé de leur préparer une pièce de théâtre. Ce sera une séance entièrement gratuite. L’histoire d’un vétérinaire qui sauve les animaux du monde entier, atteints d’une mystérieuse maladie suite à une immense sécheresse. Il tombe malade à son tour, mais il est sauvé par le Père Noël qui passait par là avec l’antidote magique commandé par le Président contre le covid. Sauf que le Père Noël fait une mauvaise manœuvre en repartant et son traîneau a un accident. Impossible de le dégager des sapins dans lesquels il est empêtré. Il va être en retard !! heureusement il est sauvé par Superman qui passait par là. Ouf, les enfants peuvent dormir sur les deux oreilles, Noël est sauvé. Le scénario est de mon frère et de ma sœur, ils prêtent toutes leurs peluches pour faire les animaux ; moi je fais le metteur en scène et le Père Noël. Ma sœur joue le vétérinaire et mon frère Spiderman. À l’entracte, on organisera une grande distribution de papillotes. On a encore du pain sur la planche, mais quand on veut on peut. Pas question de se laisser abattre trois jours avant le début des fêtes ! Avec Noël, la vie est belle ! (proverbe de Max).

5 commentaires sur « Décalage »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :